Mille jurons, ou presque, du capitaine Haddock

13 octobre 2021
Bordée de jurons du capitaine Haddock

Le saviez-vous ? Le capitaine Haddock, célèbre compagnon du héros de bande dessinée Tintin, fête en 2021 ses 80 ans.
Archibald Haddock est en effet apparu dans le neuvième album des aventures de Tintin, Le Crabe aux pinces d'or. Hergé avait besoin de fournir à Tintin un compagnon humain, car il devenait de plus en plus irréaliste que le héros s'adresse à un chien qui parle : Milou.
Voilà donc un personnage alcoolique et colérique qui débarque dans la vie de Tintin. Colérique, le capitaine Haddock l'est assurément, comme en témoignent les fameux jurons qu'il profère à longueur d'aventures. On dénombrerait dans l'œuvre d'Hergé environ 220 jurons de base utilisés par le capitaine, et volontiers additionnés dans des combinaisons improbables, comme dans « Bougre de phénomène de moule à gaufres de tonnerre de Brest ».

La plupart du temps, ces insultes n'en sont pas vraiment, car Hergé devait rester politiquement correct pour son jeune  public, en contournant la censure du régime de Vichy puis plus tard en respectant l'esprit de la loi du 16 juillet 1949 « sur les publications destinées à la jeunesse ». Il a donc fait le choix, pour créer les bordées d'insultes du capitaine Haddock, de recourir à des mots souvent exotiques et sortis de leur contexte. Aujourd'hui que nous connaissons enfin l'âge du capitaine, c’est l’occasion de redécouvrir certains de ces mots rares ou oubliés.

Retrouvez aussi quelques jurons du capitaine Haddock dans une grille de mots croisés thématiques qui lui est consacrée (n°59).

AÉROLITHE

Il s'agit littéralement d'un pierre (« lithos ») qui tombe du ciel (« aêr »). Aujourd'hui le terme d'aérolithe est vieilli et tombé en désuétude et on parle plus volontiers d'une météorite (on trouve parfois « un » météorite, le genre de ce mot est hésitant).
À ce sujet, savez-vous quelle est la différence entre une météorite  et un météore ? La météorite est donc une pierre tombée du ciel, dont on retrouve un fragment sur le sol, tandis qu'un météore est un phénomène dont on observe le déplacement ou la chute dans l'atmosphère AVANT son arrivée au sol. Comme météore, on distingue :

  • les phénomènes météorologiques classiques : tonnerre (de Brest ?), pluie, neige, grêle...Mais pas les nuages, qui ne tombent pas au sol !
  • l'étoile filante : un météore de petite taille qui produit une trainée lumineuse dans le ciel
  • le bolide : un météore de plus grande taille, qui produira une lumière beaucoup plus intense, et laissera tomber au sol quelques fragments, les météorites.

Et pour simplifier le tout, le météoroïde est le corps céleste qui se déplace dans l'espace avant son arrivée dans l'atmosphère...et sa transformation en météore puis en météorite !

AMPHITRYON

Dans la mythologique grecque, Amphitryon est le fils du roi de Tirynthe, une cité du Péloponnèse. Il épouse Alcmène, fille du roi de Mycènes, qui lui impose, pour consommer le mariage, de venger ses deux frères tués par les habitants d'une ile lointaine, Taphos. Après de multiples aventures et son épreuve réussie, Amphitryon revient vers sa femme, qui peu surprise de le voir, lui affirme qu'il est déjà revenu vers elle la veille et que le mariage a enfin été consommé. En fait, Zeus a pris l'apparence d'Amphitryon et a passé la nuit avec Alcmène. Il naitra de cette union un demi-dieu bien connu, Héraclès (Hercule pour les Romains).

De multiples auteurs ont repris le mythe dans leurs œuvres littéraires et théâtrales, notamment Plaute et Molière, jusqu'à Jean Giraudoux et son Amphitryon 38 (d'après l'auteur, sa pièce de théâtre serait justement la 38e version depuis Plaute).

Le mot amphitryon est ensuite devenu un nom commun dans la langue française et on pourrait s'attendre à ce qu'il soit le synonyme de mari cocu, mais on en est loin. Le mot désigne aujourd'hui l'hôte, le maitre de maison qui offre à manger, car dans la comédie de Molière, Sosie, le valet d'Amphitryon s'écrie : « Le véritable Amphitryon est l'Amphitryon où l'on dine ». La pièce de Molière eut un tel succès que le nom des deux personnages, Sosie et Amphitryon, est passé dans le langage courant. Et tout le monde a oublié qu’Amphitryon est d'abord un mari cocu.

ANACOLUTHE

Du grec ancien anakólouthon (« qui n’est pas à la suite de »), l'anacoluthe est une rupture dans la construction syntaxique d'une phrase, de telle sorte que la fin de la phrase n'est pas grammaticalement en harmonie ou cohérente avec le début. Assez souvent, on dénombre deux sujets différents dans la même phrase. Exemples :

  • Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, la face du monde en eût été changée. (Pensées, Pascal)
  • Parvenus sur la terrasse, leur regard se perdit d'un coup au-delà de la palmeraie. (L'Exil et le Royaume, Albert Camus)
  • Exilé sur le sol au milieu des huées, ses ailes de géant l’empêchent de marcher. (L'albatros, Charles Baudelaire)

Depuis le XVIIe siècle, elle est parfois considérée comme une figure de style, mais le plus souvent, il s'agit bien d'une erreur de syntaxe.

BACHI-BOUZOUK

Du turc başıbozuk, littéralement « tête cassée ». Les bachi-bouzouks étaient des cavaliers mercenaires au service de l'armée ottomane. Peu disciplinées, ces troupes irrégulières se rendaient régulièrement coupables d'exactions et étaient souvent utilisées pour terroriser les populations. Ainsi, en 1876, lors d'une insurrection des Bulgares contre l'empire ottoman, les bachi-bouzouks commirent des massacres contre les populations civiles qui indignèrent l'Europe entière.
Cela reste une des injures préférées du capitaine Haddock.

Portrait d'un bachi-bouzouk par le peintre Jean-Léon Gérôme

BAYADÈRE

Le juron complet est « Bayadère de carnaval » et figure dans l'album Coke en stock. Dans la publication d'origine en 1958 figurait initialement le juron « Fatma de Prisunic » que l'on peut juger au minimum condescendant. D'ailleurs, à la suite d'un article du magazine Jeune Afrique accusant Hergé de racisme, ce dernier modifie en 1967 le juron initial pour le transformer en « Bayadère de carnaval ».

Mais alors, qu'est-ce qu'une bayadère ? Les bayadères, ou devadâsî en hindi, étaient des servantes sacrées dans les temples hindous de l'Inde du Sud. Considérées comme des épouses ou des servantes de la divinité, leur rôle était avant tout de danser devant le temple en l'honneur de la divinité. Le mot bayadère vient d'ailleurs du portugais bailadeira, « danseuse ».

Les bayadères jouissaient de libertés sexuelles (elles pouvaient choisir avec qui avoir des relations sexuelles) qui se sont perverties au cours du temps, jusqu'à se transformer en prostitution. Elles sont devenues des courtisanes, un peu comme les geishas japonaises. Cette prostitution « sacrée » a été règlementée puis combattue, et enfin interdite dans toute l'Inde...en 1988.

Bayadères

BOUGRE

Le mot est issu du latin bulgarus (« bulgare »). Au Moyen-Âge, le mot bougre a fini par désigner les hérétiques bulgares qui pratiquaient le bogomilisme, doctrine chrétienne sévèrement condamnée par l'Église. Le mouvement bogomile, très proche du mouvement cathare, rejetait le monde matériel comme l'œuvre du Diable et recommandait une vie ascétique.
Ensuite par glissement sémantique, d'une hérésie à une autre, le bougre est devenu l'homosexuel, le sodomite (alors qu'il n'y a priori aucun lien).
On retrouve aujourd'hui le mot dans l'expression « bougre de... », que le capitaine Haddock utilise de manière extensive en agrégeant ses jurons préférés : bougre d'ectoplasme à roulettes !

CANAQUE

Les Canaques (ou Kanaks) sont un peuple autochtone de Nouvelle-Calédonie, d'origine mélanésienne. Ils constituent l'ethnie majoritaire, à plus de 40%, de cette collectivité française d'Océanie, colonisée par la France de Napoléon III à partir de 1853, et aujourd'hui peuplée de 271 000 habitants. Les Néocalédoniens d'origine européenne et souvent descendants d'anciens colons, sont appelés les « Caldoches ».
L'antagonisme entre Canaques et Caldoches a toujours été vif, et culminera avec la tragique prise d'otages d'Ouvéa en 1988. Les indépendantistes kanaks ont depuis lors obtenu la mise en œuvre d'un processus d'autodétermination. Après deux référendums en 2018 et 2020, qui voient la proposition d'indépendance refusée deux fois à une courte majorité, un troisième et dernier référendum se tiendra le 12 décembre 2021.

Photo de guerriers canaques

CATACHRÈSE

Issu du grec ancien katakhrêsis (« emploi abusif »), la catachrèse est une